Vêtements traditionnels

Chiang Mai : les montagnes pour refuge…

Dans notre tour de Thaïlande, nous avions prévu trois jours à Chiang Mai. Trois jours, c’est bien court mais nous ne pouvions pas manquer de goûter au nord : ses montagnes, ses forêts, sa fraîcheur nocturne, ses moustiques…

C’est aussi une zone frontalière où se côtoient plusieurs groupes ethniques dont certains se sont réfugiés en Thaïlande lorsqu’ont éclaté des affrontements en Chine, au Tibet ou en Birmanie. Il fallait donc condenser! Après avoir déposé nos sacs à la guesthouse (maison d’hôtes), nous sommes partis à l’ascension du Doi Suthep, dominant la ville et pointant le ciel de son chedî dorés. Nous passerons cette journée avec trois françaises installées également à notre guesthouse.

Après de longues négociations, Guillaume nous a dégoté un tuk tuk pour nous emmener au village de Doi Pui et au temple du Doi Suthep. Les lacets de la route auront achevé mon estomac fébrile depuis le voyage en train. Arrivés à Doi Pui, ce n’est pas un paisible village que nous trouvons mais plutôt une petite ville touristique. L’entrée du village est agitée : des tuk tuk par ci, des voitures par là… Par où aller? Nous apercevons une petite pancarte qui nous indique le musée. Nous nous enfonçons dans un dédale de boutiques où les femmes vendent tissus brodés, bracelets et autres objets bien moins artisanaux. On y trouvera même des fraises (non importées ! Il semblerait qu’il y ait bien quelques fraisiers en Thaïlande !)

Nous arrivons enfin au bout du tunnel formé par les stands et entrons dans le musée. Dans une maison traditionnelle, des cartes situant les différents groupes ethniques et leur importance, des panneaux expliquant les coutumes de chacun, notamment des Hmongs, ethnies vivant dans le village. On pourra également voir tout un tas d’outils, de poteries, de tissus datant d’une époque qui nous apparaît bien lointaine. Une maison « témoin » jouxte le musée. Pour l’anecdote, nous n’oserons pas franchir le seuil puisqu’un homme dormait à l’intérieur (non non, nous ne sommes pas allés le réveiller mais c’était bien un homme en chair et en os!) et il y avait également une moto… reconstitution finalement plus vivante que ne laisse l’imaginer son nom !

Maison traditionnelle
Maison traditionnelle

Derrière le musée, un magnifique jardin grimpait sur le flanc de la montagne. De nombreux visiteurs jouaient le jeu de la reconstitution : ils se déguisaient, revêtant les costumes Hmong et posaient dans le jardin. Depuis là, on aperçoit bien le reste du village avec ses maisons à toit de tôle.

Jardins et vêtements traditionnels
Jardins et vêtements traditionnels

Le village apparaît ainsi folklorique, artificiel… Pourtant, on dit que les tribus des montagnes prennent soin d’entretenir leurs traditions ancestrales… Peut être aurons-nous l’occasion d’en savoir un peu plus sur le mode de vie actuel des tribus lors de notre trek de deux jours qui nous donnera l’occasion de passer une nuit dans un village…

Vue depuis le village
Vue depuis le village

Nous retrouverons ensuite notre tuk tuk pour reprendre la route vers le Doi Suthep. C’est un temple dominant la ville de Chiang Mai, lovée dans une cuvette. Le temple est simplement étourdissant. On le rejoint depuis la route par un immense escalier habillé en dragon : l’atteindre est déjà une épreuve avec la chaleur !

L'immense escalier menant au Doi Suthep
L’immense escalier menant au Doi Suthep

Arrivés en haut, à peine entrés dans l’enceinte du temple que le chedî doré nous éblouit. Autour, on retrouve tous les ingrédients habituels des temples : d’innombrables statues dorées de Boudha, des murs eux aussi dorés et sertis de pierres précieuses (ou en tout cas brillantes!), le tout formant plusieurs petites « chapelles » qui forment elles mêmes un petit village autour du chedî.

Chedî en or !
Chedî en or !

Comme souvent l’enceinte du temple est assez animée puisqu’on y trouve beaucoup de visiteurs, de croyants et de moines qui participent à diverses activités : bénédiction, arrosage des Bouddha dans toutes les positions, « musique » (chacun peut jouer avec les très nombreuses cloches et quelques gongs donc ce n’est plus vraiment de la musique…) et même dons de lingots d’or ! On trouve aussi des gens qui prient en allumant des bougies, ou, moins courant chez nous, des prières avec des bâtons sur lesquels sont accrochés des billets !

Cloches
Cloches

Les activités sont variées autour de ce temple, donc les photos sont nombreuses… On vous laisse voir ça dans la galerie ci-dessous (un clic sur l’une des photos ouvre un diaporama en plein écran) :