Un âne perdu dans la circulation

Les joies du transport en commun au Maroc

Arrivés au terminal de bus de la CTM (Compagnie de Transport du Maroc) à 10h45 pour un départ en bus prévu à 11h, les bus se sont succédés mais pas un seul pour M’Hamid.

12h30 passé, le bus est enfin là. Le retard aidant, chacun se précipite pour monter dans le bus si bien que les titres de transport ne seront pas vérifié alors qu’aucune autre destination n’avait jusqu’ici échappé au check point auquel on se soumettait systématiquement puisque nous ne comprenions jamais les destinations annoncées ! Une fois dans le bus, certains s’avancent vers leur numéro de siège, méticuleusement inscrit à la main sur le billet lors de l’achat, jusqu’à se qu’une jeune femme les ravisent : “ne cherchez pas, ils ne respectent pas les numéros” ! oups, nous sommes presque les derniers à monter : va-t-on se retrouver chacun à l’autre bout du bus ? La chance nous a gardé deux sièges ! Après avoir fait le plein, c’est parti pour environ 10h de voyage.

Au programme, la traversée de l’Atlas et la redescente vers le sud : cap vers le désert ! Les lacets formés par la route sont serrés et les estomacs vident se nouent. Les paysages superbes n’y suffiront pas : il faut fermer l’oeil pour résister au mal de mer !

Montagnes enneigées au Maroc

Village dans les montagnes enneigées au Maroc

Arrêt dans un village après 4h pour pause-déjeuner-décalée, du moins pour les estomacs résistants ! Nous reprenons la route ensuite pour s’enfoncer dans la nuit : Ouarzazate, Zagora et enfin M’Hamid, terminus (après, c’est le désert il n’y a plus de route !) où nous sommes les seuls touristes débarquant. Une floppée de jeunes accueille les voyageurs à la descente du bus. Nous ne savons pas trop qui nous devons suivre, ni si quelqu’un nous a attendu puisque nous devions arriver initialement à 19h. L’un d’entre eux nous interpelle : le chauffeur de M’Hamid Travel, la structure via laquelle nous avions réservé le trek.

Nous grimpons dans le 4×4 pour, après quelques détours dans le village, faire connaissance avec le désert tant attendu au bout de ce voyage ! Les dunes sont naissantes mais elles ne nous épargneront pas : premier ensablement à cause d’un 4×4 réduit à 2 roues motrices en raison d’une casse le jour précédent ! Nous passons une bonne demi heure à essayer de tirer le 4×4 du sable sous un ciel incroyablement lumineux, pour notre plus grand plaisir : bienvenue dans le désert !