Vendeur de fruits secs sur la place Jema el Fnaa

Marrakech : entre ciel et terre

Quoi de mieux qu’une petite semaine au soleil en plein hiver, pour changer un peu du froid parisien… C’est ce qu’on s’est dit fin 2011 ! Et nous voilà partis pour Marrakech, pour seulement 75€ aller/retour par personne : moins cher qu’un aller/retour de 2h en TGV…

Beauvais & Ryanair : low cost avant tout !
Beauvais & Ryanair : low cost avant tout !

Pour ce tarif, il faut partir de Beauvais le matin, ce qui signifie sillonner Paris en bus de nuit pour atteindre la porte Maillot et prendre une navette qui met 1h15 pour arriver jusqu’au petit aéroport low cost. Si vous habitez loin de la porte Maillot, c’est un peu galère (on a nous même dû prendre 3 bus avec des correspondances foireuses dues à des travaux non indiqués sur le site de la RATP, merci à eux…) mais finalement se rendre à Roissy ou Orly en transport en commun très tôt le matin, c’est pas forcément plus simple…

Un détail nous a frappé à Beauvais, c’est le temps que passent les avions au sol : on le sait, un avion qui ne vole pas ça coûte cher. Ryanair l’a bien compris et il s’est passé environ 1 minute entre la descente du dernier passager et la montée du premier passager dans l’avion. En tout, l’appareil est resté 15 minutes au sol le temps de décharger/charger les bagages et voyageurs tout en faisant le plein !

Espagne - Maroc : quelques kilomètres...
Espagne – Maroc : quelques kilomètres…

Nous avons atterri vers 13h, accueillis par un beau soleil et 20°C… On a rejoint le centre ville en bus pour environ 30 dirahms (3€). Le centre ville, c’est surtout la vieille ville et l’immense place Jemaa el Fnaa qui semble en fête jour et nuit :

Charmeurs de serpents !
Charmeurs de serpents !

Quand vous prenez des photos des charmeurs de serpents, ceux-ci s’approchent et vous mettent une couleuvre autour du coup sans vous demander votre avis. Bien entendu, il faudra donner quelques dirhams pour repartir sans qu’on vous courre après ! Des types qui se baladent avec des singes font pareil : ils s’approchent rapidement de vous, poussent le singe à vous grimper dessus et hop, faut payer quelques dirhams pour ça…

Charmés par les serpents ?
Charmés par les serpents ?

Peu après notre arrivée, on s’est offert un excellent couscous dans l’un des restaurants qui bordent la place (entre 35 et 50 dirhams le plat) :

Couscous

Marrakech, comme toutes les vieilles villes Marocaines, c’est aussi d’immenses souks dans lesquels on se perd très vite : les rues ont rarement des noms, tout se ressemble un peu et c’est un véritable labyrinthe !

Souk

Souk

On trouve dans les souks beaucoup de tissus et poteries colorées (ci-dessus) mais aussi des bijoux et épices en tout genre. Le soir, la place est encore plus animée : des dizaines de petites charettes (tirées par des hommes ou par des ânes) s’installent pour donner place à autant de petits « restaurants ». Les plats et les prix sont tous les mêmes, du coup il est bien difficile de choisir où s’installer pour manger. On a proposé aux serveurs de faire un concours de blagues entre eux pour sélectionner là où l’on s’installerait… Nous en avons eu des bonnes !

Restaurant Place Jemal el Fnaa

Finalement, ces restaurants en apparence pas chers (beaucoup de plats à 1€) ne proposent que de minuscules plats : il faut en prendre plusieurs pour être rassasié et l’on a rapidement préféré les « vrais » restaurants qui affichent tous « recommandé par le Routard »… sans doute auto-proclamés ! ici pas besoin de traffic d’autocollant, l’inscription à la peinture blanche sur le fronton suffit !

Vendeur de fruits secs sur la place Jema el Fnaa
Vendeur de fruits secs sur la place Jema el Fnaa

La circulation sur les routes est souvent cahotique. Parfois, une mule s’échappe et fait le tour d’un rond-point au milieu des voitures. Notez aussi que sur la photo ci-dessous à droite il est écrit sur le panneau « interdit de stationner »…

"Interdit de stationner, réservé aux convoyeurs de fond"
« Interdit de stationner, réservé aux convoyeurs de fonds »

Lorsqu’on sort de la vieille ville, on se retrouve dans une « ville nouvelle » où voitures neuves côtoient ânes et calèches. On nous propose même des balades en dromadaire dans quelques parcs et au bord de la route.

Une mule perdue dans la circulation

La ville nouvelle a aussi son lot de beaux bâtiments, à l’image du théatre Royal :

Théâtre Royal

Une fois dans cette partie de la ville, on trouve une grande avenue au bout de laquelle apparaissent les montagnes de l’Atlas, enneigées.

Avenues & montagnes enneigées sur le même cliché !

Les montagnes enneigées bordent la ville

Pour terminer, quelques photos de couchers de soleil sur Marrakech…

Coucher de soleil sur les palmiers

Coucher de soleil dans les rues de la ville nouvelle à Marrakech