Ratchadamnoen Stadium !

Ratchadamnoen : au coeur de la boxe thaïe

13 Avril 2011.

La Thaïlande est le pays de la boxe où « tous les coups sont permis ». On s’est donc rendus à l’un des deux plus grands stades de boxe du pays: le stade de Ratchadamnoen. C’est également le plus ancien stade de Bangkok et, pour l’anecdote, sachez que le stade est géré par l’armée. En effet, la boxe thaï était en fait une façon d’entrainer les soldats au combat.

On prend les tickets: 1000 bahts par personne pour les « plus mauvaises places », c’est-à-dire le troisième niveau de gradin: derrière des grillages et à même les marches en béton. Il y a en fait 3 catégories: la nôtre, la « 2nde classe » à 1500 baths pour les mêmes conditions à peine plus près du ring et sans grillage et la « 1ere classe » au pied du ring sur des chaises bien confortables d’où on doit bien voir les coups (pour 2000 baths), remplie de touristes.

La soirée se déroule sous les yeux de gardes de l’armée, en 10 combats soit environ 4h30 accompagnés par un orchestre. Chaque match commence par une danse propre à chaque école ou style de boxe. Elle permet au boxeur de s’échauffer et de faire fuir les mauvais esprits.

Ratchadamnoen Stadium !
Ratchadamnoen Stadium !

Peu de spectateurs quand nous sommes arrivés… mais progressivement les parieurs arrivent et l’ambiance monte ! C’est à ce moment là qu’un Thaï nous a tendu une carte : « Please move to the next corner, this is the betting area » : ok, les paris sont ouverts, officiels et les parieurs ne veulent pas de petits amateurs dans leurs pattes !

Certains crient au rythme des coups que porte le boxeur sur lequel ils ont parié, d’autres se disputent avec vigueur, les billets s’échangent sans qu’on puisse les compter ! On n’a pas tout suivi du comment parier, faire monter la mise, etc. mais c’était assez drôle de les voir crier, secouer les mains à tout va au milieu de personnes scotchées à leur téléphone ou à des feuilles de cotation de chaque boxeur… Toute cette agitation donne l’impression que les mises sont placées n’importe comment mais finalement, chacun semble s’y retrouver, signe que tout est bien organisé…

Il en est de même pour le match en lui même : on pense souvent qu’en boxe thaï « tous les coups sont permis », mais l’arbitre intervient souvent pour interrompre une action non autorisée par le règlement. Ca n’empêche pas les coups de pleuvoir et certains boxeurs ont terminé leur match sur une civière !

Le dernier combat était de la boxe française mais ça n’a pas intéressé le public qui a déserté le stade juste avant. Les spectateurs pressés de sortir n’ont pas loupé grand chose puisque le match s’est soldé par un K.O. au bout de quelques secondes !

Pour les amateurs de boxe, voici un extrait de l’un des matches vus le soir du 13 Avril :