IMG_3639

Un dimanche à Kinshasa

Passage express à Kinshasa pour recharger un peu les batteries ! L’occasion de découvrir plusieurs endroits : – un restaurant qui fait de très bonnes pizzas : le O Poeta, dans le centre ville (quartier de la Gombe). Et comble du pizzaïolo, le cuisinier (et le restaurant en général) est portugais : les italiens n’ont qu’à bien se tenir, ils ont de la concurrence à Kinshasa ! – les ateliers du collectif d’artiste « SADI » où chaque dimanche soir a lieu un concert : « les dimanches accoustiques » ; l’occasion de se détendre avec de la très bonne musique locale et même de s’essayer à quelques pas de danse sur la scène ! – une vraie plage au bord du fleuve, permettant même la baignade à qui veut. La zone est connue des kinois qui veulent sortir du climat urbain : Kinsuka pêcheur, là où le fameux retaurant « Chez tintin » est installé. Si cet établissement est le plus connu c’est loin d’être le mieux entretenu ! Si l’on continu un peu le long du fleuve, en saison sèche, une des deux îles qui se situent à ce niveau est accessible. Le sable est fin et propre et même si l’eau n’est pas des plus limpides, se baigner dans le fleuve Congo, ça fait quand même quelque chose !

En face de cette île se trouve une grande carrière où l’extraction des roches et la transformation en caillasse se fait à la main. Les hommes détachent les morceaux des rochers à l’aide d’une masse. En plein soleil, le travail est harassant. Les femmes réduisent ces blocs en caillasse et les plus jeunes déplacent tout ça pour en faire des tas que le camion viendra charger. Malgré ce travail épuisant, le tarif du sac de cailloux est dérisoire. Les travailleurs forcenés mangent mal et leur espérance de vie ne doit être bien longue. Pour se faire une idée, lisez Photo de groupe au bord du fleuve, de Emmanuel Dongala. Malheureusement oui, ce type de travail existe encore et pas que dans les bagnes… Le soleil et la plage qui les regardent en deviennent même méprisant.