Paniers remplis de souffre face au cratère

Le volcan Kawa Ijen

Autre volcan de l’ouest javanais et non des moindre, le Kawa Ijen culmine à 2400m d’altitude et a la spécificité d’être exploité pour son souffre, servant notamment au raffinage du sucre de canne.

Nous arrivons la veille de l’ascension à Sempol, au milieu d’une grande plantation de caféiers. Le café du plateau du Kawa Ijen est très réputé (vendu 45€ les 150g sur place).

Plantation de caféiers

L’accueil au homestay n’est pas très chaleureux et le guide n’a pas très envie d’avancer l’heure de départ pour l’ascension. En effet, nous souhaitons partir à 1h du matin afin d’arriver à la nuit pour voir les flammèches bleues qui se dégagent du volcan. Mais le guide nous demande un surplus phénoménal que nous n’arrivons pas à négocier.
Nous partirons donc à 4h en minibus jusqu’à Post paltuding d’où nous commencerons l’ascension. Il n’est pas nécessaire de partir très tôt mais le ciel se voile souvent en fin de matinée. De plus, les porteurs de souffre ne travaillent que jusqu’à 10h. Ces porteurs sont incroyables ! Ils descendent dans le cratère charger environ 80kg de souffre dans des paniers qu’ils portent sur les épaules, remontent par un chemin escarpé et redescendent à leur campement où ils seront rémunérés en fonction du poids de souffre rapporté. Ce travail est éreintant et dangereux pour la santé avec notamment la respiration des gaz sulfurés s’échappant du cratère. On pourra échanger quelques mots avec quelque uns d’entre eux une fois arrivés au bord du cratère : ils profitent de la présence de touristes pour vendre des petits morceaux de souffre, améliorant considérablement leur revenu.

Porteur de souffre

La montée est rude mais le spectacle est tout simplement époustouflant…

Paniers remplis de souffre face au cratère


A savoir

Les conditions météorologiques peuvent être en votre défaveur une fois arrivée au bord du cratère et sont difficilement anticipables. Nous avons eu une chance inouïe car le vent évacuait la fumée chargée en souffre à notre opposé, mais le vent peut très vite tourné et est très violent en haut du volcan.

Il faut savoir que l’accès à l’intérieur du cratère, là où les porteurs récupèrent le souffre, est interdit aux touristes. Les vapeurs de souffre sont en effet dangereuse, même si vous n’entendrez pas les porteurs se plaindre, et des évènements malheureux se sont déjà produits. Une personne garde l’entrée du chemin escarpé qui y mène (et ne se laisse pas corrompre). Cependant, lorsque nous sommes arrivés, cette personne n’était pas encore là et quelques uns sont descendus guidés par des porteurs, à leur risque et péril.

Face nord du volcan